PASSION DU NOUVEAU MONDE

La Bible est le livre le plus lu, édité et traduit dans le plus grand nombre d’exemplaires du monde. Quant à la passion du Christ le Saveur, elle représente un des thèmes les plus connus de l’histoire de la littérature. Le Théâtre Katona József de Kecskemét a décidé de présenter cette histoire connue en plein air, dans le respect des traditions, tout en marquant une légère différence dans le mode de présentation.

Dans notre histoire, les cent-vingt-six membres des pères paulins, l’unique ordre de moines fondé en Hongrie, accompagnent Christophe Colomb à un de ses célèbres voyages de découverte. C’est Isabelle, reine d’Espagne, qui demande au chef de l’ordre cet accompagnement pour que les moines donnent du courage aux navigateurs téméraires et que plus tard, ils répandent la foi sur le continent lointain, dans le Nouveau Monde. Grâce à cet appui basée sur la liberté artistique, les paulins hongrois (les « frères blancs ») deviennent des acteurs déterminants de l’histoire de l’Amérique en tant que missionnaires qui propagent la culture et la civilisation européennes. La spécificité de la pièce de Kecskemét est qu’elle présente les événements et les premières étapes de la propagation de la foi du point de vu des moines.

La passion sera donc évoquée dans le Parc floral de Kecskemét grâce aux moines qui arrivent dans le Nouveau Monde. C’est par la présentation des souffrances de Jésus que les frères souhaitent « initier » au Grand Secret les indigènes venus pour les accueillir : ils leur racontent la mort et la résurrection du Fils de Dieu, le mystère de la rédemption, de la souffrance commune et de la vie éternelle. Pour la présentation, ils utilisent l’outil le plus ancien de l’humanité, l’art du théâtre. Les « sauvages païens » participent au jeu d’abord avec des craintes et de la méfiance, puis avec de plus en plus de curiosité et de joie : ils célèbrent Jésus, ils le pleurent, le protègent et le jugent, puis ils l’accompagnent également sur son dernier chemin.

Le scénario de la pièce est basé essentiellement sur les Evangiles. Mihály Kocsis L., l’auteur des scènes de transition, a utilisé également des sources littéraires moins connues afin d’apporter un souffle nouveau à l’histoire connue par tous. A cela s’ajoutent près de cent minutes de musique et de chant ainsi que de nombreuses solutions mises en œuvre grâce au lieu en plein air. Ainsi le réalisateur et les auteurs de la pièce proposent une nouvelle approche, et à travers l’harmonie du spectacle, de la musique et de la chorégraphie une vraie production hongroise contemporaine. C’est tout cela qui permet à la Passion du Nouveau Monde de Kecskemét de gagner un caractère international et de devenir une fenêtre ouverte au monde tout en conservant sa spécificité hongroise : l’histoire des moines hongrois répand et enseigne le message le plus important du Christ, l’amour. D’autant plus qu’une des sources essentielles de l’œuvre est le texte de passion de Bálint Hadnagy, daté de 1511 (écrit originalement en runes hongroises, une écriture utilisée par les moines paulins) dont la version en langue hongroise contemporaine n’a vu le jour qu’il y a quelques années.

La chorégraphie a été créée par László Lukács, chorégraphe en chef de la Compagnie de danse de Kecskemét et en plus des membres de la compagnie, des habitants de la ville de Kecskemét participent également au spectacle. Dans les principaux rôles, les spectateurs peuvent voir Ádám Porogi, Ákos Kőszegi, Melinda Hajdú, Zoltán Hegedűs, Zsolt Körtvélyessy, Zsolt Zayzon.

La musique de la pièce a été créée par le compositeur Szabolcs Kövi.

Le réalisateur est Péter Cseke.