Kecskemét

La ville de Kecskemét, unissant en elle toutes la beauté de la Grande plaine hongroise – le chef-lieu du département de Bács-Kiskun – se trouve au milieu de la Hongrie, à environ 85 km de Budapest. Grâce à sa situation géographique favorable, la commune s’est développée et est devenue le centre économique, administratif, d’éducation et culturel de la région : elle accueille de nombreux établissements d’art, des collections uniques et des festivals de renom.

Le nom de la ville provient du mot « kecske », en français « chèvre » et du mot « mét » qui signifie « canton ». Nos armoires comprennent effectivement une chèvre et au-dessous la devise de la ville : « Ni la hauteur, ni la profondeur ne nous effraie. »

Kecskemét est une ville à visage unique, son centre-ville évoque l’ambiance marquée par le style de la « Sécession » (Art nouveau hongrois) de la fin du XIXème siècle. Sa place principale abrite l’Hôtel de ville considéré comme une des perles de l’Art nouveau hongrois, construit entre 1893 et 1897 selon les plans d’Ödön Lechner et de Gyula Pártos. C’est l’un des bâtiments les plus connus et le monument le plus visité de la ville. Depuis 1983, le carillon installé sur sa façade joue toutes les heures les œuvres de Kodály, d’Erkel et de Beethoven. Ses murs sont ornés de carreaux de majolique de Zsolnay qu’on retrouve également sur d’autres bâtiments de Kecskemét.

La Salle d’honneur de l’Hôtel de ville est le chef d’œuvre conservé dans son état original de l’architecture du XIXème siècle. Les réunions de l’assemblée générale de la ville, des conférences nationales et internationales, des réceptions solennelles et des mariages sont organisés dans ces décors. Les meubles couverts de bois, de fabrication artisanale de la salle sont tous de l’époque.

Le lustre en bronze doré qui pèse 1200 kg, et qui est de 5 mètres de haut et de 3 mètres de large, possède 63 ampoules, symbolisant le nombre de départements administratifs de l’ancienne Hongrie. Les peintures ont été créées par le célèbre peintre hongrois, Bertalan Székely. Ces œuvres présentent les différentes étapes de l’histoire millénaire de la Hongrie.

En face de l’Hôtel de ville se trouve le plus ancien vestige architectural de Kecskemét, l’église franciscaine bâti au XIVème siècle que les habitants appellent également église des moines. Le bâtiment construit à l’origine en style gothique a acquis son caractère baroque d’aujourd’hui suite aux nombreuses reconstructions. Un calvaire a été également construit près de ses murs extérieurs. L’église a marqué l’histoire des religions par le fait que jusqu’à 1564, elle a été partagée par les adeptes catholiques et protestantes.

Le théâtre construit à l’occasion du Millénaire de la Hongrie porte le nom de József Katona, l’auteur de la première tragédie nationale hongroise qui est né dans la ville. Sa ressemblance avec le Théâtre de la Gaieté de Budapest (en hongrois : Vígszínház) n’est pas le fruit du hasard : tous les deux bâtiments ont été construits selon les plans des célèbres architectes viennois, Hellmer et Fellner. Les Kecskemétois l’appellent « Boîte à bijoux ».

La statue de la Trinité devant le théâtre évoque l’épidémie de peste qui a décimé la population de la ville. Elle a été érigée en 1742, son socle est décoré des statues de Saint Sébastien, de Saint Roch, de Sainte Élisabeth de Hongrie et de Saint Etienne.

C’est l’ancien monastère franciscain situé dans la rue commerçante de Kecskémet, appelée « Kéttemplomköz » ou Passage entre les deux églises, qui accueille l’Institut Kodály Zoltán de la Pédagogie musicale. Une exposition présentant la vie de Zoltán Kodály (1882–1967), célèbre compositeur et pédagogue en musique. L’institut créé en 1975 s’est fixé comme objectif l’enseignement de la théorie et de la pratique de la méthode d’éducation musicale de Kodály.

Le Passage entre les deux églises nous mène jusqu’à l’église réformée bâtie dans les années 1680 en style baroque précoce, qui était la seule église construite en pierres sur le territoire de l’Empire ottoman. La spécificité de la place principale est que toutes les confessions possèdent une église ici, ce qui est pratiquement unique dans le pays.

En face de l’église réformée, sur la place Calvin s’érige le Nouveau Collegium construit en 1912. Ce palais portant les signes de l’Art nouveau et décoré de motifs transylvaniens abrite l’école primaire, le collège et le lycée du Collegium réformé.

Près du bâtiment du Nouveau Collegium se trouvent deux monuments importants. A droite, le Palais richement orné, le Cifrapalota, œuvre de Géza Márkus datée de 1902, qui apparait aussi dans une chanson enfantine hongroise, attire l’attention des visiteurs. Ses murs imitant des vagues, ses tuiles brillantes, ses éléments décoratifs évoquant la flore et la faune font de ce bâtiment un chef d’œuvre architectural unique. Il abrite actuellement la Galerie de Kecskemét.

En face, se trouve l’ancienne Synagogue construite entre 1861 et 1864 en style mauresque romantique. Dans les années 1970, elle a été transformée en centre de conférences. Dans le bâtiment connu aujourd’hui sous le nom de « Maison de la Science et de la Technique » sont conservées les copies en plâtre de 15 statues de Michel-Ange.

La durée de la construction de la Grande église (1774–1806), bâtiment caractéristique de la place principale, s’est prolongée à cause de l’incendie et du tremblement de terre qui ont dévasté sa tour. Il s’agit de la plus grande cathédrale de style baroque tardif de la Grande plaine hongroise dont la cloche pèse 2400 kg, et 94 marches d’escalier mènent au sommet de son tour de 74 mètres de haut.

Source : http://kecskemet.hu